UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » Les chroniques économiques d’Eric » Chroniques économiques d’Eric du 27 décembre 2018

Chroniques économiques d’Eric du 27 décembre 2018


agrandir

« Tout affecte l’économie et l’économie affecte tout »

Avez-vous entendu parler d’EASTMED ?

Non ? Pourtant, voici un projet qui révolutionnera, sans doute, nos relations avec le Moyen-Orient et Israël.

Un accord définitif a été signé fin novembre entre les ministres d’Israël, de Chypre, de Grèce et d’Italie pour la construction du plus long gazoduc sous-marin de notre planète.

L’ouvrage s’étendra sur 2 200km. Il reliera les récentes exploitations gazières maritimes d’Israël et de Chypre à l’Europe c’est-à-dire à la Grèce puis à l’Italie. Il coûtera six milliards d’Euro, d’ailleurs partiellement financés par l’Union Européenne qui a déjà investi 100 millions d’euros dans les études préparatoires.

On estime que dans cinq ans le gazoduc Eastmed (est-méditerranéen) transportera annuellement vingt milliards de mètres cubes de gaz israélien et cypriote vers l’Europe.

Quelles en seront les conséquences économiques, stratégiques, géopolitiques ?

Pour tous les pays concernés, ce gigantesque projet engendrera à très court terme des créations d’emplois (construction, mise en place, stations de pompage, stations de stockage etc.). Mais le véritable impact de cette entreprise dépasse largement sa stricte dimension industrielle.

Même si la quantité de gaz livrée par ce gazoduc ne représentera que quelques pourcents de sa consommation, elle permettra à l’Europe de se libérer partiellement, d’une part du quasi-monopole du russe Gazprom en matière de gaz, d’autre part de sa dépendance pétrolière auprès des pays arabes.

Ce n’est pas tout, grâce à cet ouvrage l’État hébreu pourra distribuer non seulement son gaz et le gaz chypriote mais aussi celui de l’Arabie Saoudite. Celle-ci n’aura plus à liquéfier puis regazéifier son gaz pour qu’il emprunte le canal de Suez par bateaux avant d’arriver en Europe. De plus, Israël pourra exporter sa propre production à la Jordanie et à l’Égypte par des gazoducs existants. Autant pour l’Europe que pour le monde arabe sunnite Israël deviendra un acteur incontournable. Les partenariats et les dépendances que ce très grand projet va engendrer ne manqueront pas d’inciter, de contraindre, les uns comme les autres, les fournisseurs comme les clients, à trouver des voies pacifiques partout où il y aura menace de conflit.

Bien souvent, le gaz, le pétrole ont été sources d’affrontements, de feu, de sang, de misère et de désolation. Pour une fois, il est permis d’être plus optimiste et d’espérer que ce pipeline géant rapproche plus qu’il ne divise.

Qui sait ? Un pas vers une résolution des conflits israélo-arabes ?

Il faut toujours croire au père Noël. Il nous enseigne qu’au plus profond de l’hiver on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise !

Eric RAOUL-DUVAL


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email


"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Dernières brèves

Chevènement

Politique poubelle ?

Propositions d’E.Philippe

ONU

Lame de fond



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher