UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Jamet le dimanche ! » LIBERTE, LIBERTE CHERIE…

LIBERTE, LIBERTE CHERIE…


agrandir

Chronique de Dominique JAMET...

« Ensemble défendons la liberté ». Tel est le titre du manifeste qu’ont signé et publié ce mercredi 23 septembre la quasi-totalité des organes de presse français, tous médias confondus, journaux, magazines, radios, chaînes de télévision. Petits, moyens et grands, du « Phare dunkerquois » à TF1, de « l’Essor savoyard » au « Figaro », de « L’Observateur », du « Monde » et de « Libération », au « Pays gessien » et aux « Echos du Touquet », pas un ( à l’exception déshonorante de l’AFP) ne manque à l’appel, et même Mediapart, qui n’avait pas été sollicité, a tenu à faire savoir qu’il s’y associait.

De quoi s’agissait-il ? Alors que se poursuit le procès des comparses de la tuerie du 7 janvier 2015, dans un pays et dans un monde où l’espace des libertés ne cesse de se rétrécir, et où les menaces qui pèsent sur la liberté d’informer, de critiquer, de commenter ne sont pas seulement d’ordre technique, économique, politique ou civilisationnel mais se traduisent un peu partout par la censure, la condamnation, l’incarcération ou la mort de ceux dont c’est le métier, il a paru à juste titre nécessaire d’afficher la solidarité de la profession avec les journalistes, morts et vivants, de « Charlie » et de rappeler que « la libre communication des pensées et des opinions étant un des droits les plus précieux de l’homme, tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement ». Rien de plus fondamental, en effet, et rien de plus actuel que la réaffirmation d’un principe qui figure dans la Déclaration des droits de 1789 et en préambule de notre Constitution.

Un journal comme « Le Canard enchaîné », insolent, impertinent, et indépendant, ne pouvait que figurer au nombre des signataires de ce texte. C’est en effet le cas.
Or, en page 3 du même numéro où il publie le manifeste en question, le cher volatile consacre un long article à décrire et à commenter, ou plutôt à dénoncer l’extrême droitisation, la « zemmourisation » de la chaîne C News, propriété de Vincent Bolloré.
Figurez-vous que sur « C News », on retrouve quotidiennement, outre le sulfureux Zemmour, bien entendu, le nom et les interventions de journalistes, de collaborateurs, de chroniqueurs ou d’invités aussi « marqués » que Thierry Mariani, Ivan Rioufol, Gilles-Marie Goldnadel, Elisabeth Lévy, Philippe Bilger, Charlotte d’Ornellas, Pascal Praud, etc., autant d’individus effectivement peu suspects d’appartenir à la mouvance du « politiquement correct », de la gauche ou de l’extrême-gauche.

De quoi éveiller en effet et susciter l’intérêt du « Canard » et l’inquiétude ou l’indignation de ses lecteurs. Mais pour qui ne se contente pas de focaliser sur le doigt du sage et n’hésite pas à regarder la lune en face, n’est-ce pas l’occasion de constater, par le biais de l’aveu involontaire de l’hebdomadaire « satirique », l’état misérable dans lequel est tombé, en France, en 2020, le pluralisme de l’expression, composante essentielle de la liberté de la presse, et donc de la démocratie ? Serait-il venu à l’esprit d’un rédacteur du « Canard enchaîné » de consacrer ne fût-ce qu’une brève à la composition des plateaux de France Inter, de France 2, ou plus généralement au règne du conformisme à face de mouton dans la quasi-totalité des médias ? Qu’y a-t-il d’anormal, dans notre République, à ce que soit respecté le droit à la parole ? Quoi que l’on pense des noms cités plus haut, ou des idées qu’ils représentent et qu’ils défendent, souvent avec talent, toujours avec courage, le simple fait que l’on s’étonne et, au-delà de la bourde du « Canard », que l’on s’indigne qu’un secteur important de l’opinion, qu’une fraction numériquement, politiquement et intellectuellement constitutive de la nation française ait accès à une tribune suivie par un large public, en dit beaucoup sur l’avilissement d’une presse et d’un pays où la liberté et la diversité sont depuis des décennies garanties dans le droit et ignorées ou bafouées dans les faits.


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email


"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher