UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » La santé n’a pas de prix

La santé n’a pas de prix


agrandir

Libres propos de Ludovic Demathieu suite à son expérience personnelle vécue dans laquelle beaucoup se retrouvent

Peut-on jouer avec la santé de nos concitoyens ruraux, des petites et moyennes villes ?

Qui ne s’est jamais plaint du temps d’attente aux urgences hospitalières ou simplement pour obtenir un rendez-vous médical ?

Contrairement aux métropoles et grandes villes, aucun médecin ne s’installe plus à la campagne ; nos villages sont devenus des déserts médicaux ; nous trouvons de moins en moins de praticiens, généralistes ou spécialistes exerçant le week-end. Faudra-t-il anticiper nos maladies pour être soigné à temps ?

Certaines personnes arrivent à se soigner dès d’apparition des premiers symptômes, mais les ruraux malades peuvent-ils se satisfaire d’attendre 3 ou 4 jours un rendez-vous ? Et parfois 3 ou 4 mois s’il s’agit d’un spécialiste ?

Certains ministres de la santé, en voulant réduire le déficit de la sécurité sociale, ont organisé la diminution du nombre de médecins. Il s’agit là d’un non-sens, car l’Etat abandonne son rôle de santé publique vis-à-vis de nos citoyens.

La conséquence est visible et connue de tous. Le sur-engorgement des urgences occupées à soigner des maladies bénignes. Le personnel est le plus souvent à l’écoute, professionnel, proche des patients, mais il travaille sous pression ; il effectue des heures supplémentaires non rémunérées, mais il accumule une fatigue pouvant entrainer des burnouts. Par ailleurs, le budget des établissements est annuellement revu à la baisse, les recrutements de personnel complémentaire sont insuffisants si ce n’est au mieux celui de médecins venus de l’étranger en fin d’études.

En attendant, les patients se retrouvent mal traités ; des drames de personnes non soignées à temps surviennent régulièrement. Mais nos gouvernants préfèrent penser économies que santé ; ils préfèrent les chiffres à l’humain ; ils préfèrent les objectifs à la mission première. L’Etat préfère penser à l’accès aux soins à travers des assurances ou mutuelles privées, comme si la santé de nos citoyens n’était qu’un coût, alors qu’elle n’a pas de prix ! Pourtant, des solutions existent : développer des pôles santé dans les milieux dépourvus en encourageant les praticiens à s’installer et accroitre le nombre de médecins par habitant pour suivre notre évolution démographique.

Dans la même rubrique

2 novembre 2021 – La politique de l’inculture

12 septembre 2021 – Il faut un colloque Michael Sandel

24 avril 2021 – Rambouillet, trop c’est trop

23 mars 2021 – Non au report des élections

4 mars 2021 – Les jeunes et la laïcité



"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher