UNITE NATIONALE CITOYENNE
Vous êtes ici : Accueil » Libres propos » La politique de l’inculture

La politique de l’inculture


La culture, ce mot cher à André Malraux qui lui fit dire qu’ « elle a fait de l’homme autre chose qu’un accident de l’univers ». L’un des premiers vecteurs de la culture est la langue, qui n’est pas un simple outil de communication mais demeure un pilier d’unité et de cohésion sociale. La langue française, richesse multiséculaire de notre civilisation, est « une femme si belle, si fière, touchante, noble… qu’on l’aime de toute son âme, et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle ». Et pourtant…

Pourtant elle se délite, elle se mue, avec l’apparition de l’écriture inclusive, les dérives « anglofolles », le langage familier et abrégé, le monde du numérique, les émissions télé de lobotomisation des esprits, sans oublier l’absence de cadre dans l’instruction publique, de règles abandonnées sur l’autel de l’émancipation de l’enfant roi. Est-ce que le but de l’enseignement est de faire acquérir le savoir ou de socialiser pour rendre les enfants malléables. Les amoureux de notre belle langue deviennent des ringards devant notre jeune génération.

Pour Rabelais, « l’ignorance est la mère de tous les maux ». En effet, le savoir sert d’abord à former le jugement, à déterminer la réflexion personnelle. L’ignorance peut se révéler dévastatrice mais sa construction constitue un moyen puissant pour l’élite de dominer, ou formater, le peuple. Nos dirigeants, plutôt nos gestionnaires, ne savent pas ce qui est bon pour la nation et ce qui la compose.

Enfin, constater la dégradation du discours politique est devenu banal dans un bon nombre de démocraties. La politique, avec ses échanges à travers la parole publique, agit sous forme de spectacle parfois déconnecté de la réalité, d’ostracisme, de mensonge, de manipulation, de calcul, d’idéologie en l’absence de débats répondant à l’intérêt général et à la vie quotidienne. Comment ne pas y voir la désaffection, la méfiance et la défiance de nos concitoyens ? Nos politiciens préfèrent les effets d’annonce et la dénaturation de la parole, quitte à diviser pour mieux régner, que l’accroche par la verbe autour de notre langue riche et belle qui fera parler les émotions.

Avec de telles dérives, le développement de la politique de l’inculture explique le désamour de la démocratie, entraînant les pays vers des formes de dictature. Rappelons-nous de cette phrase de Lionel Jospin : « la culture est l’âme de la démocratie ».

Ludovic DEMATHIEU


Facebook Twitter Google Plus Linkedin email

Dans la même rubrique

12 septembre 2021 – Il faut un colloque Michael Sandel

24 avril 2021 – Rambouillet, trop c’est trop

23 mars 2021 – Non au report des élections

4 mars 2021 – Les jeunes et la laïcité

22 février 2021 – Cantines et repas sans viande, pense-t-on aux enfants ?



"La démocratie, c'est le gouvernement du peuple exerçant la souveraineté sans entrave"
Général de Gaulle

"A force de vouloir se passer des Nations, on finira par se passer des peuples"
Philippe de Villiers

"Dire qu'il faut transmettre les valeurs de la République, c'est trop faible : il faut transmettre l'amour de la France."
Jean-Pierre Chevènement

"On commence à parler de populisme lorsque les peuples votent autrement que le souhaiteraient les élites."
Hubert Védrine



Autres citations...



Rejoignez-nous ! Vos adhésions, dons ou actions sont vitales





Contactez-nous



Recevez nos infolettres




Nos partenaires



Découvrez-nous !
"Notre engagement politique plonge ses racines dans notre amour de la France..."




Dernière vidéo sur notre chaîne Youtube


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
twitter facebook youtube



Votre contact local


Planning de l'UNC

Rechercher